Un grand monsieur du ski de pente raide s’en est allé. Lundi 8 mai, à 47 ans, Olivier Salésiani est décédé des suites d’une avalanche dans un couloir sous le Pic des Houerts (Queyras).

D’après le compte-rendu de Data-Avalanche, Olivier Salésiani aurait déclenché une avalanche alors qu’il remontait un couloir en crampons, à une altitude d’environ 2950m. Il a succombé à ses blessures après avoir été emporté. Un drame qui laisse un grand vide dans le monde de la pente raide des Alpes du Sud.

olivier-salesiani-ski-couloir-gerbier-vercors
Olivier au départ du couloir E du Gerbier (Vercors) – ©Thierry Clavel

Discret dans ses réalisations, cet instituteur isérois était un infatigable écumeur de pentes raides dans les Ecrins, le Dévoluy, le Taillefer ou encore l’Ubaye. Avec plus de 59 répétitions d’itinéraires en 5.X, Olivier avait acquis une grande connaissance des couloirs de ces massifs. Parmi ses réalisations on peut noter une trilogie au Glacier Noir : Coup de Sabre (5.4) – Col est du Pelvoux (5.4) – Col du Glacier Noir (5.3), mais aussi le Mayer-Dibona (5.4) en face nord du Dôme, le couloir occidental de l’Olan (5.4), ou encore l’Infernet (5.3) au Grand Galbert (skié trois fois !).

Installé depuis plus de dix ans dans la région du Beaumont, l’Obiou attire naturellement son regard : il y parcourt cinq itinéraires différents de pente raide.

olivier-salesiani-ski-pente-raide-col-pelvoux
Au col est du Pelvoux – ©Thierry Clavel

Mais Olivier Salésiani pratiquait aussi le ski exploratoire, à la recherche de nouveaux itinéraires. A son actif il compte près de 18 premières possibles, dont la moitié partagées avec son compagnon de cordée Thierry Clavel. En 2009 ils font équipe pour la première fois lors de l’ouverture de la Brèche du Clot (5.2), sur une idée d’Olivier, dans le vallon de Font Turbat. Les caractères se complètent et la cordée se scelle. Par la suite ils ouvrent notamment le couloir nord du Pic ouest du Vaccivier (5.2) et skient pour la première fois – en trio avec Stéphane Pichand – la sortie centrale de l’Infernet. Récemment, les deux ont enchaîné la petite face nord de la Pointe de l’Armet avec “La Ligne” à l’Armet Rouge. “Olivier avait encore plein de projets d’ouverture, quelques-uns dont il m’avait fait part, et beaucoup d’autres qui ne seront peut-être jamais skiés… partis avec lui…” raconte Thierry.

Olivier Salésiani c’est aussi le premier à avoir défriché la fameuse ligne du Chourum Olympique, en 2006 (première descente intégrale en 2009 par Lionel Tassan et David Ronayette). Toujours actif, il avait encore ouvert en mars 2017, seul, une ligne engagée sur le Garabrut (canyon NW 5.3 E4), dans le Champsaur, ainsi qu’un nouveau couloir sur l’Aiguille de Chillol en Ubaye, le mois dernier.

olivier-salesiani-ski-pente-raide-1
A l’ouverture du couloir “Et trois” à la Tête de Vachères (Dévoluy) – ©Thierry Clavel

Mais la pratique d’Olivier ne se résumait pas à la pente raide. Il faisait également beaucoup de ski de rando classique, notamment avec sa femme Nathalie, institutrice elle aussi. Certains hivers Olivier parcourait plus de 100000m de dénivelé en peau de phoque. Pendant la saison estivale les deux affectionnaient les voyages lointains, orientés vers la découverte et les treks (Ladakh, Islande, Namibie, USA…). Olivier aimait également beaucoup parcourir le Dévoluy à pied l’été, comme lors de sa traversée en un jour des sommets phares du massif (4350 D+).

Une fois de plus un montagnard a disparu en pratiquant sa passion. Nous nous associons à la douleur de sa femme, ses proches et compagnons de cordée. Puissions-nous nous inspirer du chemin tracé par Olivier Salésiani : une pratique humble, discrète, hors des sentiers battus et toujours éminemment passionnée.

Un grand merci à Thierry Clavel pour nous avoir aidés à réaliser cet article.

1 COMMENTAIRE

  1. la passion conduit toujours au bout de ses rêves et de son plaisir.Une pensee montagnarde pour lui sa famille et ses amis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here