C’est une nouvelle qui a fait le tour des réseaux sociaux en quelques heures… Le mercredi 20 avril, les skieurs Hélias Millerioux, Alex Pittin et Tony Lamiche ont signé la quatrième descente du Nant-Blanc, en face nord de l’Aiguille Verte. Une descente réalisée dans des conditions sèches et techniques.

Après leur descente de la voie des Autrichiens aux Courtes (voir cet article), les trois skieurs sont allés poser leurs spatules sur la glace vive du Nant-Blanc, un jalon du ski extrême ouvert par Jean-Marc Boivin en 1989, et repris par Marco Siffredi, Pierre Tardivel et Stéphane Brosse par la suite (voir cet article). Mais contrairement aux Courtes, point de poudreuse à profusion dans le Nant-Blanc. Dans le contournement du premier sérac, ils se retrouvent sur de la glace vive. Ils choisissent de tirer deux rappels de 60m, avant de rechausser. Arrivés au niveau de la traversée Tardivel, celle qui contourne les goulottes empruntées par Boivin et Siffredi dans l’itinéraire initial, ils sont contraints de mettre les crampons pour 80m de traversée. Ils ont ensuite pu skier les névés intermédiaires jusqu’au bas de la face, avant de sortir de celle-ci par deux rappels de 20m.

nant-blanc ski pente raide lamiche pittin millerioux
Installation des rappels – © Alex Pittin

Pour le compte de Montagnes Magazine, nous avions recueilli les commentaires d’Alex Pittin. Celui-ci s’est exprimé sur l’ampleur de cette descente et sa technicité : « On a tous trouvé que c’était extrêmement engagé et très impressionnant. On reste longtemps sous les séracs du haut de la face, et il a eu plusieurs chutes de pierres conséquentes ». 

Les trois descentes précédentes ont été réalisées au mois de juin, après des épisodes neigeux tardifs. Au mois d’avril, les trois ont du composer avec un remplissage plus maigre. « Par rapport à la descente de Boivin, le haut de la face était  très peu rempli, et du coup hyper raide. C’est du 55° tout du long. On a gardé le piolet à la main », explique Alex. Retrouvez son interview complète sur le site de Montagnes Mag.

Tony Lamiche s’est lui confié à nos confrères de Grimpisme : « le Nant Blanc c’est quelque chose, c’est très long, 1200 mètres, très très soutenu et expo. On a skié des choses plus difficiles mais jamais d’une telle ampleur ». Retrouvez tout son récit sur Grimpisme.

A lire également, la triple interview des protagonistes sur skipass.

Les trois ont exprimé leur ambition d’y retourner, une fois que l’itinéraire sera un peu plus rempli. Affaire à suivre…

nant-blanc ski pente raide lamiche pittin millerioux
Dans les névés intermédiaires – © Alex Pittin
nant-blanc ski pente raide lamiche pittin millerioux
De sacrées lignes de fuite – © Alex Pittin

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here