Massif proche de Grenoble aux faces alpines, la Belledonne se prête bien à la réalisation d’un couloir à la demi-journée. Les itinéraires, bien que n’excédant rarement les 500m de descente, offrent souvent une ambiance haute-montagne. Voici trois couloirs pour ceux qui veulent skier de la pente sans se farcir de gros dénivelés. Ils sont classés par ordre de difficulté.

#1 : Grand Eulier, couloir de l’Oursière 4.3/E2

Le Grand Eulier n’est pas nommé sur la carte IGN. Pourtant, c’est un sommet bien connu des grenoblois. En effet, il est d’accès très facile depuis Casserousse. Les jours de beau temps, dès le lever du jour, le parking se remplit de randonneurs matinaux. Beaucoup se dirigent vers la face Est de ce sommet, qui offre une jolie descente sur les lacs Roberts. Avec seulement 860 de D+, c’est une montée qui se fait relativement rapidement, souvent avec une bonne trace.

Mais le Grand Eulier n’est pas qu’un sommet “à vaches”. En effet sur ses versants Ouest et Nord se dessinent plusieurs couloirs intéressants. Dans le sens des aiguilles d’une montre on y trouve le couloir de l’Oursière (4.3/E2 – Toponeige A10), le couloir NW rectiligne (4.3/E2), et le couloir NNW avec ses deux variantes d’accès (4.3-5.1/E2 – Toponeige A10.2). Pas mal pour un petit sommet débonnaire non ?

Le couloir de l’Oursière présenté ici peut se skier depuis le sommet du Grand Eulier. Les premiers virages se font sur la croupe sommitale. Cette partie est très exposée. Mais rapidement, on bascule dans le couloir proprement dit, un joli goulet de 200m de long à 40-45°. En bas de la face, on peut soit descendre un grand couloir d’avalanches jusqu’au sentier de l’Oursière ramenant à 1100m, soit remonter à la brèche des Pourettes pour descendre à skis sur Casserousse.

grand eulier couloir de l'oursière ouest
A l’entrée du couloir, en grosse poudre ce jour là

 

grand eulier couloir de l'oursière ouest
Le couloir se ressert un peu en partie médiane.

#2 : Pointes du Mouchillon, couloir central (5.1/E2)

A 1h de Grenoble et de Chambéry, le couloir central des Pointes du Mouchillon est un parfait objectif pour s’initier à la pente raide. Il est devenu très populaire à juste titre. Facile d’accès depuis le parking, l’approche est relativement courte et se fait par un bon sentier depuis la Martinette. Dès que vous sortirez de la forêt, le couloir vous fera face. Attention : de cet endroit là trois entrées de couloirs s’offrent à vous. Le couloir central est le plus à gauche (oui c’est piégeux !). Seule la traversée du torrent vers 1400m peut être un peu périlleuse, mais en cherchant un peu il y a plusieurs endroits qui passent bien. Ensuite, vous arriverez rapidement en peau de phoque jusqu’à son pied. Si vous êtes à l’aise en conversions vous pourrez même remonter le premier tronçon du couloir à skis (40°). Comptez 1h30 pour l’approche. Au total : 1250D+ jusqu’au sommet.

Côté 5.1 sur Skitour et 5.2 sur le Toponeige (itinéraire D11), la pente n’y est jamais extrême.Il faut néanmoins considérer ce couloir comme un vrai itinéraire de pente raide dans une face alpine. On fera attention à deux ressauts rocheux qui peuvent être présents par faible remplissage. Même si la face nord des Pointes du Mouchillon ne culmine qu’à 2300m, l’ambiance dans ce couloir encaissé fait haute-montagne. Et la sortie sur la crête est tout simplement fabuleuse. Encore une belle trouvaille par la bande à Lionel Tassan.

pointe du mouchillon couloir central
La sortie sur la crête, sacrée ambiance

 

pointe du mouchillon couloir central
Un couloir sans soleil, à faire en poudre

 

pointe du mouchillon couloir central
Un beau toboggan pour 500m de descente

A noter sur cette même face : le couloir Oriental 5.3/E3 (Toponeige D11.1), un gros cran au-dessus.

#3 : Galeteau, face nord (5.2/E4)

On n’en entend pas beaucoup parler, pourtant c’est une très belle rampe suspendue dans cette face nord située juste au-dessus du lac Crozet. Malgré sa proximité immédiate avec ce vallon très parcouru en ski de rando, cette rampe est très peu visitée. Peut-être que son apparence hyper-exposée y est pour quelque chose. Pourtant, une fois dedans, l’exposition se ressent moins que dans d’autres itinéraires du même genre.

La face nord du Galeteau est facile d’accès dans le sens où le sommet peut s’atteindre via la montée au Grand Colon, souvent bien tracée. 1050 D+ au total, si la route du Pré Raymond est déneigée. Du sommet, il n’y a qu’à enlever les peaux pour skier un début d’arête suspendue avant de basculer main gauche dans la rampe. Ces premiers mètres sont les plus impressionnants, car en dessous la face plonge sans qu’on en voie le bas. Une fois dans la rampe, on peut décompresser un peu en s’appliquant à faire de beaux virages. La pente est aux alentours de 45°, et peut se trouver en poudreuse car la face est à l’abri du soleil. Mais il vaut mieux être sûr des conditions avant de s’y embarquer. Pour le bas du couloir, je vous laisse sur la description de ces deux variantes. Itinéraire B4.1 dans le Toponeige. Un couloir court mais qui mériterait d’être plus connu. En remontant seulement 300m de D+ vous pouvez enchaîner avec la face nord du Grand Colon (4.1) pour redescendre sur Freydières.

galeteau face nord
La face nord du Galeteau avec ses deux options de sortie

 

galeteau face nord
Entrée de la bête

 

galeteau face nord
Après quelques virages, une traversée horizontale permet de récupérer un deuxième couloir.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here