Andrzej Bargiel réalise un exploit historique sur le K2 (8611m)

Si vous lisez penteraide.com vous connaissez sûrement déjà son nom. A 30 ans, le polonais Andrzej Bargiel est un skieur-alpiniste talentueux, spécialiste de la haute altitude. Son plus grand rêve ? Être le premier homme à skier intégralement le K2. Un rêve qu’il vient d’accomplir ce dimanche 22 juillet. Une réalisation historique.

On soupçonne difficilement la quantité d’entrainement et de préparation qu’il faut à un être humain pour accomplir un exploit de cette taille. La réalisation d’Andrzej Bargiel au K2 n’est que la dernière pierre ajoutée à un édifice qu’il a construit patiemment au fil des années : d’abord sur les compétitions européennes de ski-alpinisme, puis en transposant l’approche light & fast à la haute-altitude. En témoignent notamment sa descente à ski des cinq Léopards des Neiges, les 7000 de l’ex-URSS, en moins d’un mois lors de l’été 2016, son record d’ascension de l’Elbrouz, et sa descente à skis du Shishapangma (8013 m), du Manaslu (8156 m) et du Broad Peak (8051 m), depuis leurs sommets respectifs.

andrzej-bargiel-world-first-ski-descent-of-k2
La voie empruntée par Andrzej Bargiel pour sa descente à skis – ©Andrzej Bargiel

Le K2 est ainsi son quatrième 8000 descendu à skis. Un 8000 qu’il connait bien puisqu’il a déjà passé plusieurs semaines sur cette montagne l’été dernier, sans succès. Pas du genre à lâcher le morceau, il y est retourné avec une petite équipe de confiance, comprenant entre autres son frère, et accompagnés par quelques sherpas.

Le final push d’Andrzej Bargiel et de son équipe a débuté le jeudi 19 juillet en fin d’après-midi, pour atteindre le sommet le dimanche 22. Il raconte : « J’ai commencé l’ascension du K2 [depuis le camp IV] le dimanche à quatre heures du matin. Le temps était beau. Les soucis sont apparus lorsque j’ai atteint le sommet et que j’ai commencé à descendre. C’était très nuageux et j’ai du attendre une éclaircie au camp IV car la suite de la descente s’annonçait très technique sur des pentes extrêmement raides. »

L’itinéraire choisi par Andrzej Bargiel pour réaliser cette descente à ski, longuement étudié à la jumelle depuis le camp de base sur le glacier du Baltoro, combine la voie Cesen, Messner et la Kukuczka-Piotrowski. Cet itinéraire est légèrement différent de celui qui était envisagé l’année dernière.

Ce qui diffère des précédentes réalisations à skis sur le K2 (voir notre précédent article), c’est que cette fois-ci Andrzej Bargiel a pu skier du sommet du K2 jusqu’au pied, sans réaliser de rappel.

Après sa descente il déclare : « Je suis extrêmement heureux, et honnêtement, comme c’était ma deuxième tentative, je suis soulagé de ne pas avoir à revenir ici. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here